dsp-www.pressemedicale.com
Alger- La direction de la santé et de la population (DSP) de la wilaya d’Alger vient de se distinguer de forte manière, car elle n’a pas trouvé mieux que d’exclure tous les partenaires sociaux - SAUF UN- de la commission installée en prévision de l’organisation des concours pour le passage de grades des professionnels de la santé.
 
En effet, la DSP d’Alger n’a jugé utile de n’inviter qu’un seul syndicat pour prendre part à la commission ad hoc relative au passage de grade des praticiens médicaux, installée ce lundi 20 novembre, ce qui confirme, selon certains syndicats, à l’instar de celui des médecins généralistes, « l’accointance » de la DSP d’Alger avec ce partenaire social. Pour rappel, ce dernier avait appelé à boycotter les concours de passage de grade organisés en 2015 au profit de plus de 80 000 professionnels de santé et avait observé une grève cyclique pour demander sans succès leurs annulations.
La démarche de la DSP constitue une flagrante contradiction avec l’arrêté N° 14 du 06 août 2017 qui fixe les conditions de l’organisation des concours de passage de grades des professionnels de santé, dont nous détenant une copie, qui stipule :
« Article 1er : En application des dispositions de l’article 19 du décret exécutif n° 12-194 du 3 Joumada Ethania 1433, correspondant au 25 avril 2012, susvisé, le présent arrêté a pour objet de fixer la liste des établissement publics, habilités pour l’organisation du déroulement de concours sur épreuves et examens professionnels, pour l’accès aux grades appartenant aux corps spécifiques au ministère de la santé, de la population et de la réforme hospitalière.
Art 2 : l’organisation du déroulement de concours sur épreuves et examens professionnels, est confiée aux facultés spécialisées relevant des établissements publics d’enseignements supérieurs suivant :
Les facultés relevant des universités de : Laghouat, Béjaia, Tlemcen, Tizi Ouzou, Alger 1, Sidi Bel Abbes, Constantine 3, Ouargla, Batna 2, Blida, Béchar, Sétif, Annaba, Oran, pour l’accès aux grades appartenant aux corps des praticiens médicaux spécialistes de santé publique et des praticiens médicaux généraliste de santé publique et des praticiens médicaux inspecteurs de santé publique.
Les facultés relevant des universités de : Laghouat, Science et Technologie Houari Boumediene, Béjaia, Tlemcen, Tiaret, Tizi Ouzou, Saida, Sidi Bel Abbès, Ouargla, El Oued, Chlef, Batna 2, Biskra, Béchar, Blida 1, Sétif 1, Annaba, Constantine 1, Oran 1, pour l’accès aux grades appartenant aux corps des biologistes de santé publique.
Les facultés relevant des universités de : Béjaia, Science et Technologie Houari Boumediene, Tlemcen, Tizi Ouzou, Saida, Sidi Bel Abbès, Ouargla, El Oued, Chlef, Batna 1, Biskra, Blida 1, Sétif 1, Annaba, Constantine 1, Oran pour l’accès aux grades appartenant aux corps des physiciens médicaux de santé publique.
Les facultés relevant des universités de : Adrar, Laghouat, Béjaia, Blida 2, Tlemcen, Tiaret, Tizi Ouzou, Alger 2, Sétif 2, Saida, Sidi Bel Abbès, Oran 2, Ouargla, El Oued, Chlef, Batna 1, Biskra, Béchar, Annaba, Constantine 2, pour l’accès aux grades appartenant aux corps des psychologues de santé publique.
Art 3 : L’organisation du déroulement de concours sur épreuve et examen professionnels, et confiée aux établissements public de formation supérieurs relevant du secteur de la santé suivant : L’école nationale de management et de l’administration de la santé, pour accès aux grades appartenant aux corps des administrations des services de santé.
Les instituts nationaux de formation supérieure paramédicale pour l’accès aux grades appartenant aux corps des paramédicaux et aux corps des auxiliaires en anesthésie réanimation de santé publique.
Les instituts nationaux de formation supérieure de sages-femmes pour l’accès aux grades appartenant au corps des sages-femmes de santé publique.
Les institutions de formation paramédicale pour l’accès à la formation de certains grades appartenant aux corps des aides soignants de santé publique, des auxiliaires de puériculture de santé publique et des assistants en fauteuils dentaire de santé publique.
Art 4 : les directeurs des établissements publics cités aux articles 2 et 3 ci-dessus, peuvent créer, par décision, en tant que de besoin, et chacun en ce qui le concerne, des centres d’examen annexes.
Une ampliation de ladite décision doit faire l’objet d’une notification à l’autorité chargée de la fonction publique dans un délai de dix (10), à compter de la date de sa signature ».
 
Ce que signifier clairement que les institutions chargées légalement de l’organisation de ces concours sont l’Enseignement supérieur, la Fonction publique et le ministère des Finances, et cette commission de facto n’a aucun ancrage juridique.
Par ailleurs, le syndicat des médecins généraliste, compte saisir le wali d’Alger et le ministre de la Santé pour dénoncer «cette manœuvre qui n’a d’objectif que de tromper l’opinion et de remettre en selle un partenaire social en quête pour se refaire une virginité » selon les déclarations du président de bureau SNMG de la wilaya d’Alger. LPM
 
0 Commentaires
Le 26 nov 2017 par La Presse Médicale

Lire aussi...