Salah Eddine Bendib
Le président de la conférence des doyens des facultés de médecine et membre du comité de coordination du plan national anti-cancer, le Professeur Salah-Eddine Bendib, a mis en avant, lors des 2es Journées de formations continue en cancérologie tenues ce dimanche à Tizi Ouzou, la nécessité de la mise en place d’un réseau pluridisciplinaire, identifié, de prise en charge pour le dépistage du cancer du sein chez la femme, avec un cahier des charges pour tout opération de dépistage et une formation pour tout le personnel participant.
«Tout dépistage, organisé, du cancer du sein dont l’incidence est en permanente augmentation, exige la mise en place d’un réseau de prise en charge identifié», a-t-il indiqué. S’exprimant lors de la deuxième journée de formation continue en cancérologie, organisée par la Société algérienne de formation continue en cancérologie (SAFCC) à l’hémicycle de l’Assemblée populaire de wilaya (APW) de Tizi Ouzou, le Pr Salah Eddine Bendib a estimé que le dépistage de cette maladie doit être automatiquement suivi en cas de diagnostic positif d’une prise en charge thérapeutique du patient. «Le plan national anti-cancer 2015/2019, qui prévoit le lancement à travers le territoire national, du dépistage, organisé, basé sur la formation, une deuxième lecture des résultats par un centre spécialisé de référence et une prise en charge thérapeutique, exige pour toute opération de ce genre, l’identification de tout le réseau pour une prise en charge parfaite et complète du patient», a-t-il dit.
L’orateur a qualifié de faute éthique, grave, le fait de ne pas prévoir un suivi médical pour une patiente chez laquelle le dépistage a révélé un cancer. A ce propos il dira qu’«Organiser une opération de dépistage et dire à une patiente dont le diagnostic s’est avéré positif, donc atteinte de cette pathologie, vous avez un cancer du sein, rentrez chez vous, relève d’une faute éthique grave», a encore estimé ce membre du comité de coordination du plan anti cancer, assurant que la feuille de route pour le dépistage organisé vient d’être définie. Par ailleurs, le Pr Bendib a tenu à rappeler que le premier dépistage organisé du cancer du sein a été lancé le 2 février dernier dans la wilaya de Biskra, tout en assurant qu’il (dépistage, ndlr) sera prochainement étendu à quatre autres zones-pilotes retenues dans le plan national anti-cancer, à savoir Laghouat pour le 12 février 2019, puis Tipasa, Tlemcen, Maghnia, Constantine et Jijel. «Ces dépistages organisés toucheront des femmes âgées entre 40 et 69 ans et seront progressivement étendus à l’ensemble du territoire national», a-t-il noté encore. LPM
0 Commentaires
Le 11 fév 2019 par A.S.L.

Lire aussi...