La Presse Médicale : Quel est l’impact de l’asthme professionnel dans le monde ?

Pr Gabrielle Pauli : On note que 15 à 20% des asthmes dans le monde sont d’origine professionnelle.

Justement, qu’en est-il de l’incidence de cette maladie ?

L’incidence est de 20.000 à 25.000 malades pour 1 million de travailleurs. Ce sont les chiffres auxquels on aboutit les observations effectuées dans les pays occidentaux tels que la France, l’Angleterre, la Belgique, l’Allemagne et même l’Australie.

Quelles sont les étiologies de l’asthme professionnel dans les pays de la Méditerranée ?

Concernant les pays de la rive nord de la méditerranée nous en connaissons les étiologies et nous pouvons dire qu’à la lumière des déclarations des pneumologues que ce sont les mêmes étiologies qui prévalent depuis une dizaine d’années ; s’agissant de la rive sud nous n’avons pas de données précises cependant, d’après le travail effectué sur cette problématique par des confrères nord africains et présenté dans le livre « Asthme professionnel » on retrouve les mêmes étiologies comme par exemple la farine qui provoque l’asthme professionnel chez les boulangers, la poussière liée aux métiers du bois etc. En plus, le développement industriel en Algérie fait apparaître l’asthme professionnel lié à l’inhalation des produits chimiques, à la manipulation de détergents chez les personnes relevant des activités d’hygiène et de nettoiement etc. Donc les étiologies sont identiques dans les pays des deux rives, puisque ce sont les mêmes produits qui sont utilisés, en l’occurrence.

Quels sont les guidelines pour le diagnostic de l’asthme professionnel ?

Plusieurs guidelines ont été édités par la Société Européenne d’Allergologie en particulier dans le journal «Allergie» et les dernières publications datent de 2012. Néanmoins, des guidelines plus récentes intègrent certaines investigations relatives à l’asthme professionnel à savoir : les tests mesurant l’inflammation des bronches ou encore la formalisation des tests d’inhalations des produits considérés, a priori, comme responsables de la maladie.

En quoi consiste la prise en charge de l’asthme professionnel ?

Il y a deux volets dans la prise en charge de l’asthme professionnel. Le premier c’est la prévention, qui consiste en la protection individuelle des travailleurs par des gestes simples qui suffisent souvent. En Afrique du Sud, on a réussi à diminuer l’incidence de 50% juste par une modification du comportement des boulangers dans leur milieu professionnel à savoir mettre des couvercles sur le pétrin et en réduisant le taux de poussière ambiante et ce dans l’attente de revoir les processus de production de manière globale sur le plan de la protection collective. Le deuxième volet, bien évidemment c’est la thérapeutique, le traitement est identique quelque soit la forme de l’asthme, et selon la gravité de la maladie, il faudrait administrer des corticoïdes à inhaler et des bronchodilatateurs. Des cas très sévères ont été constatés en Europe c’est pourquoi de nouveaux traitements comme les anti-IgE sont prescrits. Par ailleurs, un dilemme se pose car le changement de poste pour les asthmatiques entraîne une baisse de revenus.

La déclaration est-elle obligatoire en France ou dans d’autres pays ?

En France, elle n’est pas obligatoire et il revient au patient de décider, mais ce n’est pas toujours le cas car l’individu a peur de perdre son emploi. En revanche, en Finlande et en Allemagne, par exemples, la déclaration est obligatoire.

Selon vous, est-ce que l’asthme professionnel doit faire l’objet de déclaration obligatoire ?

Je pense que la déclaration se doit d’être obligatoire, mais auparavant pour ce faire, il faut que le diagnostic doit être bien établi et que nous ayons assez de preuves pour dire que nous faisons face à un asthme à caractère professionnel car cette forme d’asthme est provoquée par des agents environnementaux. Il y a certes des susceptibilités constatées qui varient selon les patients, néanmoins ce serait intéressant d’en connaître l’incidence suite à l’exposition d’individus à certains produits.

 

0 Commentaires
Le 3 juil 2017 par A.S.L.

Lire aussi...