camra-www.pressemedicale.com

Les médecins résident observeront un mouvement de protestation de deus jours consécutifs ldemain et après demain (14 et 15 novembre) à l’appel du Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA), pour réclamer ''l'abrogation totale'' du service civil dans sa forme actuelle ''nous sommes discriminés, la loi dispose qu’on est égaux en droits et en devoirs, mais aucun texte n’oblige d’autres fonctionnaires à se soumettre à cette obligation''. Par ailleurs, le CAMRA dénonce les conditions de travail ''désastreuses'' dans lesquelles exercent les médecins résidents. Selon la même source, cette situation entrave la formation des médecins résidents et se répercute négativement sur la qualité de la prise en charge des patients. Par ailleurs, tout en dénonçant ''l’absence de sécurité et de protection des médecins résidents durant l’exercice de leur fonction au sein des établissements publics'', le CAMRA appelle à l’amélioration des conditions de travail du médecin résident et aussi la révision de son statut général. En plus le Collectif autonome des médecins résidents algériens demande l’application de l’article 32 du chapitre IV de la Constitution dans le bénéfice de la dispense du service militaire. Les médecins résident exigent également l’annulation des examens intercalaires jusqu’à l’application des réformes de formation et d’évaluation des médecins résidents selon leurs carnets. Selon toujours la même source, le CAMRA considère que les droits des résidents ont été bafoués à travers notamment des ''inégalités'' dans la perception des primes de gardes. Les médecins résidents réclament également le droit d’accès aux œuvres sociales avec effet rétroactif. LPM
 

Loi
0 Commentaires
Le 13 nov 2017 par La Presse Médicale

Lire aussi...