Pr Abid Larbi la-pressemedicale.com
Parmi les failles du système de santé que la grève actuelle des résidents a mis à la lumière du jour, la permanence des soins 24h sur 24h est celle qui a le plus de répercussions sur la population.
C’est en effet au niveau des pavillons des urgences (PU) des hôpitaux que la population malade vient se libérer du trop plein des problèmes quotidiens qu’ils soient de santé ou sociétal.
Et ce n’est ni les résidents, ni les médecins généralistes qu’on va « recruter » (et quel recrutement ? dans le cadre du dispositif d’aide à l’insertion professionnelle et à titre de contractuel. Pauvre médecine ! ), pour suppléer justement les résidents en grève, ni la commission « d’experts » (jeunes professeurs chefs de service n’ayant pas le recul suffisant pour traiter ce problème) chargée de réfléchir à l’organisation des urgences, qui vont solutionner l’afflux massif de la population dans les PU.
Les services d’urgence sont autre chose qu’une réponse technique à une prise en charge spécifique. Leur activité est tributaire des comportements de l’ensemble des acteurs du système de santé. S’intéresser aux urgences, c’est s’intéresser à l’ensemble du fonctionnement du système de santé et au rapport de la population avec l’offre de soins.
 
Pourquoi le citoyen préfère se rendre au PU au lieu de la salle de soins ou de la polyclinique ?
Dans la majorité des cas, il sait que cette salle de soins ou cette polyclinique ne dispose pas toujours de moyens permettant de prendre en charge convenablement un malade et que dans un grand nombre de cas, on demandera aux parents de malades d’aller acheter parfois une seringue, parfois tel ou tel produit ou encore on finira par l’orienter vers l’hôpital le plus proche faute de moyens. Aussi pour écourter ces différentes étapes, il préfère se rendre directement vers l’hôpital et de préférence au PU, vu que pour une consultation, il devra prendre un rendez-vous.
L’indigence des structures de santé extrahospitalières a amené un ministre à revoir l’organisation même du système de santé en disloquant le secteur sanitaire (que nous enviait beaucoup de pays) séparant l’hôpital des structures extrahospitalières qui sont depuis, dotées d’un budget propre et d’une direction propre. Cela a-t-il amélioré la situation ? Pas du tout. Au niveau de chaque direction de la santé de wilaya, l’hôpital ou les hôpitaux continuent à prendre la part du lion en matière de budget, de moyens matériels et humains.
Malgré cela, à chacune de ses interventions, l’ancien chef de service du PU du CHU Mustapha se plaignait du déficit en personnel paramédical qui “entrave la bonne gestion” des urgences, sans parler des qualifications de ce personnel.
Un autre ministre de la Santé, a considéré que la solution ne pouvait venir que des institutions étrangères. Et c’est ainsi qu’une entreprise américaine fut chargée de trouver une solution aux problèmes qui se posent au PU du plus grand hôpital d’Algérie, à savoir le CHU Mustapha. Comme si le PU de cet hôpital pouvait fonctionner, sans maillage du territoire selon la densité de la population, sans accorder la place qu’il faut à la spécialité de médecin urgentiste (à l’heure actuelle, il s’agit de médecins généralistes formés sur le tas, voulant rester dans une grande ville et n’ayant pas trouvé un autre poste) sans tenir compte du fonctionnement du reste des structures de santé du pays, voire des organismes non rattachés au ministère de la Santé, mais en rapport avec la prise en charge du malade (sapeurs pompiers, etc.).
Il existe au niveau de la Direction Générale des Services de Santé (DGSS) du ministère de la Santé, une sous-direction des urgences. Existe-il au niveau de cette sous-direction un plan d’action de réponse aux besoins en soins non programmés ? La vision politique sur les urgences hospitalières limitée uniquement sur une régulation des flux entrants est dépassée. Une approche plus globale des urgences est plus que nécessaire, améliorant l’accueil, l’organisation, les conditions de travail et l’aval des services d’urgences.
L'établissement hospitalier où se trouve le PU doit disposer de services pouvant pratiquer des examens d'imagerie courants (radiologie et échographie) et des examens et analyses biologiques courants. Que dire d’un hôpital qui évacue vers un 2ème hôpital qui prend en charge le patient mais qui réadresse le malade vers le 1er hôpital pour un examen radiologique. Le malade revenant de nouveau au 2ème hôpital pour être opéré ? Cela se passe à Alger.
Les services d’urgences sont confrontés à plusieurs défis :
Le 1er est de reconnaître qu’il n’y a pas un profil unique de patients qui fréquente les urgences, mais plusieurs profils qui doivent trouver, dans le même PU, une réponse à leur mal. Le PU doit donc pouvoir traiter toutes ces demandes hétérogènes.
Le 2ème défi consiste à inscrire les services d’urgence dans un contexte plus large : l’hospitalisation en urgence, ne doit pas se faire obligatoirement au service d’urgences et la capacité des autres services hospitaliers de pouvoir hospitaliser en urgence est un vrai enjeu pour le bon fonctionnement du PU. Nous savons tous que des malades restent dans les PU plusieurs jours voire des semaines constituant un goulot d’étranglement en raison du refus des chefs de service d’hospitalier ces patients.
Le 3ème défi est organisationnel, le bon fonctionnement d’un service d’urgences est le reflet d’un bon fonctionnement de l’hôpital. Pour qu’un PU fonctionne bien, il faut non seulement que l’équipe qui le compose fonctionne bien, mais que l’imagerie, la biologie, fonctionnent eux-mêmes bien.
Le 4ème défi est représenté par la communication et l’information sur l’offre de soins vers le citoyen. Il est impérieux de les faire connaître en impliquant les masses-médias de chacune des 48 wilayas du pays.
Il est impossible de bien faire fonctionner les urgences en ne se focalisant que sur les urgences.
Il est impossible de bien faire fonctionner l’hôpital sans résoudre l’équation à plusieurs inconnues de ses urgences.
0 Commentaires
Le 18 mai 2018 par A.S.L.

Lire aussi...