Pr Mohand-Tayeb Abad, hématologue, Coordinateur national du Groupe d’étude des lymphomes de Hodgkin
La Presse Médicale : Quelle est l’incidence et la prévalence du lymphome de Hodgkin en Algérie, selon l’enquête nationale réalisée entre janvier 2008 et décembre 2012 ?
Pr Mohand-Tayeb Abad. L’incidence brute est de 1,8 cas/100.000 habitants, l’incidence corrigée par rapport à la population mondiale est de 1,2 cas/100.000 habitants. La prévalence n’a pas été évaluée dans cette étude.
 
Y a-t-il une augmentation de l’incidence de cette maladie en Algérie ?
Il y a une nette progression de l’incidence brute de cette maladie qui est passée de 0,7 cas/100.000 habitants en 2006, à 1,8 cas /100. 000 habitants en 2012.
 
L’incidence et la prévalence sont-elles en concordance avec les données de l’épidémiologie mondiale ?
L’incidence nationale telle que rapportée est inférieure à celle observée dans le monde, elle se situe au même niveau que les incidences relevées en Afrique du Nord, en Turquie et au Pakistan.
 
Quelles sont les tranches d’âges sont touchées et quel est le sex-ratio ?
Un pic d’incidence est noté pour la population d’âge qui se situe entre 16 et 34 ans. La prédominance masculine n’est pas relevée dans notre étude, comme c’était le cas en 2006.
 
Quelle est la distribution régionale du lymphome de Hodgkin ?
La distribution de cette maladie selon les régions s’établit comme suit : région Centre : 36% des cas, région Est : 30% des cas, région Ouest : 28% des cas et région Sud : 6% des cas.
 
Quel est le délai du diagnostic moyen de cette maladie ?
Le délai est de 7 mois (1 - 48 mois).
Quelles sont les professions exposées à cette maladie et quels en sont les facteurs de risque ?
Les professions exposées sont l’industrie, la maçonnerie et l’agriculture. On note en premier que les employés dans la chimie industrielle sont les plus touchés (8,4% des cas), suivis par les maçons (6,2% des cas) et enfin les fellahs (6% cas). L’âge est le premier facteur de risque, car la tranche d’âge 16 à 34 ans expose le plus à cette maladie. Cependant, les facteurs de risque environnementaux n’ont pas pu être clairement mis en avant. L’exposition en milieu agricole et aux agents chimiques mérite d’être précisée par une étude spécialement dédiée. Les données de la littérature insistent sur les antécédents d’infection par le virus d’Epstein-Barr. Les personnes qui ont contracté le virus dans le passé ont un risque plus élevé de développer la maladie ; il en est de même pour les états de déficit immunitaires (maladie HIV).
 
Quels sont les symptômes qui se manifestent les premiers dans la majorité des cas ?
Les premiers symptômes sont les adénopathies superficielles (78,5%), la toux (8,6%) et les signes généraux (5,7%).
 
Quelle est la répartition de cette maladie selon les stades ?
La répartition s’établit comme suit : stade I (9,2%), stade II (37,8%), stade III (21,5%) et le stade IV (31,5%).
 
Quelle est la stratégie à mettre en place pour venir à bout de cette maladie ?
Dans l’état actuel des connaissances, il n’y a aucune mesure permettant de prévenir la maladie de Hodgkin.
0 Commentaires
Le 9 juil 2017 par A.S.L.

Lire aussi...