COLUMBUS-mélanome-métastatique
LPM. Castres, France 06 novembre 2018 – Pierre Fabre annonce que la Commission européenne (CE) a délivré l’autorisation de mise sur le marché pour l’association de BRAFTOVI® (encorafenib) et MEKTOVI® (binimetinib) dans le traitement des patients adultes atteints d’un mélanome non résécable ou métastatique porteur d’une mutation BRAFV600 détectée par un test approuvé.1,2 La décision de la Commission européenne s’applique aux 28 états membres de l’Union européenne (UE) ainsi qu’à l’Islande, au Liechtenstein et à la Norvège.
« Nous nous réjouissons que les patients européens atteints d’un mélanome avancé avec une mutation BRAF puissent désormais bénéficier d’une nouvelle option thérapeutique grâce à l’association de BRAFTOVI® et MEKTOVI® » a déclaré Frédéric Duchesne, Président et Directeur Général de Pierre Fabre Médicament et Santé. « Chacun de nous chez Pierre Fabre est animé par la volonté de créer une réelle différence pour les patients. En apportant notre héritage en dermatologie et plus de 30 ans d’expérience en oncologie au partenariat que nous avons formé avec Array BioPharma, nous avons su mobiliser toutes nos expertises afin d’aider des hommes et des femmes qui vivent avec cette maladie dont on connait le très mauvais pronostic. L’annonce faite aujourd’hui nous incite à poursuivre le développement de nouvelles innovations que nous espérons bénéfiques pour de nombreux patients. »
La décision de la Commission européenne, qui fait suite à l’avis favorable émis en juillet dernier par le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence Européenne des Médicaments (EMA), s’appuie sur les résultats de l’essai de Phase 3 COLUMBUS. L’essai a montré que l’association d’encorafenib (450 mg en une fois par jour) et binimetinib (45 mg deux fois par jour), améliorait la médiane de survie sans progression (SSP), comparativement au vemurafenib en monothérapie (960 mg deux fois par jour) (14,9 mois contre 7,3 mois, respectivement : rapport de risque (RR) de 0,54, intervalle de confiance (IC) de 95 %, 0,41-0,71, p<0,0001).1,2 Comme le montrent les résultats publiés dans The Lancet Oncology4 en septembre 2018, l’association de BRAFTOVI® et de MEKTOVI® a permis d’obtenir une médiane de survie globale (SG) de 33,6 mois, alors qu’elle n’était que de 16,9 mois chez les patients traités par vemurafenib en monothérapie (RR 0,61, IC 95 %, 0,47-0,79, p<0,0001- analyse de SG prévue au protocole) dans le cadre de l’essai COLUMBUS. Les réactions indésirables les plus fréquentes (≥ 25 %) apparues chez les patients traités par BRAFTOVI® administré en association avec MEKTOVI® à la dose recommandée (n=274, basé sur deux essais de phase II et l’essai COLUMBUS) comprenaient une asthénie, des nausées, des diarrhées, des vomissements, un décollement rétinien, des douleurs abdominales, une arthralgie, un taux élevé de créatinine kinase dans le sang et une myalgie1,2. Dans l’essai COLUMBUS, les événements indésirables ayant conduit à l’arrêt du traitement et suspectés d’être liés au traitement à l’étude ont été retrouvés chez 6 % des patients.3,4
« L'approbation de la Commission européenne constitue une avancée importante dans l’amélioration du pronostic des patients atteints d’un mélanome avancé porteur d’une mutation BRAF » a déclaré Reinhard Dummer, Professeur à l’Université de Zurich, Vice-président du service de dermatologie du
centre hospitalier universitaire de Zurich, en Suisse, et investigateur de l’étude COLUMBUS. « Les médecins et les patients ont maintenant à leur disposition BRAFTOVI® et MEKTOVI® qui représentent une nouvelle association thérapeutique efficace et bien tolérée, permettant de retarder la progression de la maladie et de prolonger potentiellement la vie des patients. »
Des informations importantes sur la tolérance et les recommandations pour l’utilisation de BRAFTOVI et MEKTOVI sont détaillées dans le Résumé des caractéristiques du produit (RCP), publié dans le rapport européen public d'évaluation (EPAR).
Consulter le RCP complet aux liens suivants : http://www.ema.europa.eu.
Le 27 juin 2018, le partenaire de Pierre Fabre, Array BioPharma, qui dispose des droits exclusifs pour ces médicaments aux États-Unis a annoncé que l’association de BRAFTOVI et de MEKTOVI avait obtenu l’approbation de la FDA (Food and Drug Administration) aux États-Unis, pour le traitement du mélanome non résécable ou métastatique porteur d’une mutation BRAFV600E ou BRAFV600K détectée par un test approuvé par la FDA5,8. BRAFTOVI n’est pas indiqué pour le traitement des patients atteints d’un mélanome porteur d’une forme sauvage de mutation BRAF.
À propos du mélanome métastatique porteur d’une mutation BRAF
Le mélanome est une situation clinique grave mettant en jeu le pronostic vital. Si les formes diagnostiquées à un stade peu avancé sont de bon pronostic et guérissent généralement par la seule chirurgie, les formes évoluées et notamment les formes non résécables ou métastatiques sont de mauvais pronostic. En effet, le taux de survie à 5 ans passe de 88 % en cas de détection à un stade précoce, à 18 % pour les stades III avancés non résécables et stades IV6. De nombreuses altérations moléculaires ont été décrites dans le mélanome et notamment, la présence dans 37,2 % des cas d’une mutation BRAFV600 7.
À propos de BRAFTOVI® (encorafenib) et MEKTOVI® (binimetinib)
BRAFTOVI® (encorafenib) est une petite molécule inhibitrice des protéines kinases BRAF et administrée par voie orale. MEKTOVI® (binimetinib) est une petite molécule inhibitrice de MEK et administrée par voie orale, qui cible les principaux enzymes de la voie de signalisation MAPK (RAS-RAF-MEK-ERK). Une activation inappropriée des protéines de cette voie a été observée dans de nombreux cancers, notamment le mélanome, le cancer colorectal, les cancers du poumon non à petites cellules, le cancer de la thyroïde et bien d’autres.
Pierre Fabre dispose des droits exclusifs pour développer et commercialiser BRAFTOVI® et MEKTOVI® dans le monde, sauf aux États-Unis et au Canada où Array BioPharma en conserve les droits exclusifs, en Israël où Medison dispose des droits exclusifs, ainsi qu’au Japon et en Corée du Sud où Ono Pharmaceutical dispose des droits exclusifs de commercialisation des deux produits.
Informations posologiques européennes abrégées pour BRAFTOVI® et MEKTOVI®
▼Ces médicaments sont soumis à une surveillance supplémentaire. Cela permet une identification rapide des nouvelles informations de sécurité. Les professionnels de santé doivent signaler toute réaction indésirable suspecte. Voir la rubrique 4.8 du RCP sur la manière de signaler des réactions indésirables.
Dénomination des médicaments : BRAFTOVI® (encorafenib) gélules de 75 mg et 50 mg. MEKTOVI® (binimetinib) comprimés enrobés de 15 mg.
Données cliniques :
Indications thérapeutiques : L’association d’encorafenib et de binimetinib est indiquée pour le traitement des patients adultes atteints d’un mélanome non résécable ou métastatique porteur d’une mutation BRAFV600.
Posologie et mode d’administration : Le traitement par encorafenib et binimetinib doit être initié et suivi par un médecin expérimenté dans l’administration de thérapies anti-cancéreuses. Posologie : La dose recommandée d’encorafenib est de 450 mg (six gélules de 75 mg) en une prise par jour lorsqu’il est utilisé en association avec le binimetinib. La dose recommandée de binimetinib est de 45 mg (trois comprimés de 15 mg) deux fois par jour correspondant à une dose journalière totale de 90 mg, avec environ 12 heures d’intervalle entre les deux prises. Modification de la dose : La prise en charge des réactions indésirables peut nécessiter la réduction de la dose, l’interruption temporaire ou l’arrêt du traitement (consulter la rubrique 4.2 du RCP pour des informations complètes). Mode d’administration : Voie orale. Les gélules d’encorafenib sont à avaler entières avec de l’eau. Ils peuvent être pris avec ou sans nourriture. La prise concomitante d’encorafenib et de jus de pamplemousse doit être évitée. Les comprimés de binimetinib sont à avaler entiers avec de l’eau Ils peuvent être pris avec ou sans nourriture.
Contre-indications : Hypersensibilité au principe actif ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1 du RCP de BRAFTOVI® et MEKTOVI®.
Mises en garde spéciales et précautions d’emploi L’encorafenib et le binimetinib doivent être administrés ensemble. La mutation BRAF V600 doit être confirmée par un test approuvé avant d’initier un traitement par encorafenib et binimetinib Pour l’ensemble des mises en garde spéciales et des précautions d’emploi : Patients dont le cancer a progressé sous traitement par un inhibiteur de BRAF, patients atteints de métastases cérébrales. Dysfonction ventriculaire gauche, hémorragie, toxicités oculaires. Allongement de l’intervalle QT, nouvelles tumeurs primaires, tumeurs cutanées et non cutanées, anomalies biologiques hépatiques, insuffisance hépatique, insuffisance rénale, augmentation du taux de créatinine kinase et rhabdomyolyse, hypertension, maladie thromboembolique veineuse (MTV), pneumonite/maladie interstitielle pulmonaire, intolérance au lactose, voir la rubrique 4.4 du RCP de BRAFTOVI® et MEKTOVI®.
Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interactions L’encorafenib est principalement métabolisé par le CYP3A4. Par conséquent, l’administration concomitante d’encorafenib et d’inhibiteurs puissants du CYP3A4 devrait être évitée. Les agents qui sont des substrats du CYP3A4 (inhibiteurs et inducteurs) doivent être co-administrés avec précaution. Le binimetinib est principalement métabolisé par la glucuronidation médiée par l'UGT1A1. Par conséquent, les inducteurs et les inhibiteurs de l’UGT1A1 doivent être co-administrés avec précaution. Consulter la rubrique 4.5 du RCP pour des informations complètes.
Effets indésirables : Résumé du profile de sécurité : Lorsque la dose recommandée (n = 274) était administrée aux patients atteints d’un mélanome métastatique, les réactions indésirables les plus fréquentes (≥ 25 %) observées chez les patients traités par l’association encorafenib et binimetinib comprenaient une asthénie, des nausées, des diarrhées, des vomissements, un décollement rétinien, des douleurs abdominales, une arthralgie, un taux élevé de créatinine kinase dans le sang et une myalgie. Voir la rubrique 4.8 du RCP de BRAFTOVI® et MEKTOVI® pour des informations complètes.
Pour des informations complètes, consulter le RPC disponible en intégralité sur : http://www.ema.europa.eu.
0 Commentaires
Le 6 nov 2018 par A.S.L.

Lire aussi...