Hormonotherapie-www.pressemedicale.com

Les auteurs I. Benamara1, A. Benayache1, R. Kessal2, A. Ladjeroud3, D. Smati2 Et K. Bouzid3, démontrent dans un travail scientifique, une perte nette en terme de survie sans progression qui est corrélée à des ruptures de stock très fréquentes, tandis que pour l’anti aromatase seul, la survie restait identique à celle rapportée par la littérature avec une disponibilité régulière. La conclusion de cette étude montre clairement que les ruptures de stocks très fréquentes des médicaments anti cancéreux augmentent le risque d’échappement au traitement (perte de bénéfice), et induisent, en plus des pertes financières, un risque d’échec thérapeutique, aboutissant à des lignes de traitement perdues sans bénéfice avec un investissement lourd et faiblement fructueux. LPM

Lire l'article complet dans rubrique - Articles -

 

0 Commentaires
Le 28 nov 2017 par La Presse Médicale

Lire aussi...