Acte médical et responsabilité

Docteur Khadir Mohammed

Médecin légiste, ancien membre du Conseil de l’ordre et de déontologie

CANCER DU NASOPHARYNX : Référentiel de l’EHU d’Oran 2016

Groupe de travail

Dr H. Kehili (Service d’oncologie, EHU Oran) ; Dr K. Chikh (Service d’ORL, EHU Oran) ; Pr M. Mehadji (Service d’ORL, EHU Oran) ; Pr M. Yamouni (Service d’oncologie, EHU Oran) ; Dr A. Benguedech (Service d’oncologie, EHU Oran) ; Dr H. Soltani (Service d’ORL, EHU Oran) ; Dr M. Kaid (Service d’oncologie EHU Oran) ; Dr H. Belmiloud (Service de Emir Abdelkader) ; Dr H. Derriche (Service de radiologie, EHU Oran) ; Dr A. Kadri (Service d’anatomopathologie, EHU Oran).
 

Cancer du sein aux stades précoces à l’ESMO 2016

S. Hocine - M. Oukkal

Clinique d’oncologie médicale Amine-Zirout (COMAZ)-CHU Béni Messous, Alger

Le congrès  européen d’oncologie médicale (ESMO 2016) qui s’est déroulé à Copenhague du 7 au 11 octobre 2016 a été l’occasion pour les professionnels de la santé de mettre à jour leurs connaissances  dans le domaine de la prise en charge des différents types de cancer. Dans le traitement du cancer du sein au stade précoce (adjuvant et néo-adjuvant) on retiendra les principaux travaux présentés durant cet événement.

Cancer du sein aux stades précoces à l’ESMO 2016

Le congrès européen d’oncologie médicale (ESMO 2016) qui s’est déroulé à Copenhague du 7 au 11 octobre 2016 a été l’occasion pour les professionnels de la santé de mettre à jour leurs connaissances dans le domaine de la prise en charge des différents types de cancer. Dans le traitement du cancer du sein au stade précoce (adjuvant et néo-adjuvant) on retiendra les principaux travaux présentés durant cet événement.

Cancers du sein triple négatifs (CSTN) : classifications et pronostics

A. Barkat, A. Chabi

Cas clinique en dermatologie pédiatrique

Cavernome cérébral géant. A propos d’un cas et revue de la littérature

Pr Miloud DJAAFER 1, Dr Hocine FADLA 1, Dr Dounia ADJABI 1, Dr Selma FARFAR 1, Pr Mourad BOUAZIZ 2

1CHU Mustapha Alger. 2CHU Annaba

Cellules tumorales circulantes et cancer du sein

K. Rekai1 - B. Krelil2 - B. Larbaoui1
1 : Service d’oncologie médicale - Centre anti cancer d’Oran

2 : Service de chirurgie générale - Clinique Aissat Idir - Centre hospitalier et universitaire d’Oran

Cicatrices hypertrophiques et chéloïdiennes post brûlures

Dr Meriem Bahloul

Clinique des brûlés, Alger

Classification moléculaire et anatomopathologique des cancers du sein et son application en pratique

Classification moléculaire et anatomopathologique des cancers du sein et son application en pratique

G. BENKHEDDA,  W. OUAHIOUNE

Coût et management du diabète en Algérie

Pr Larbi LAMRI

Economiste de la santé

Difficultés diagnostiques des fièvres dites prolongées ou au long cours

Pr Mustapha BENAMER

Service de médecine interne. CHU-Mustapha, Alger

Etude de satisfaction pour le nouveau lecteur de glycémie OneTouch Verio® en Algérie

Dr AOUICHE Samir (Service de diabétologie au CHU Mustapha) ; Pr BERKOUK Karima (Service de pédiatrie du CHU Bab El Oued) ; Dr BOUMAZA Nacira (Service de pédiatrie B, CHU de Constantine) ; Dr KHELLAF Hadda (Maître assistante en Service de médecine interne, CHU de Sétif) ; Dr MALLEM Noureddine (Diabétologue installé dans le privé, Batna) ; Pr MIMOUNI-ZERGUINI Safia (Chef d’unité du service de diabétologie-endocrinologie et maladies métaboliques, CHU Mustapha, Alger) ; Pr NOURI Nassim (Service endocrinologie-diabétologie, CHU Constantine) ; Dr RAGUI Mohamed (Service de médecine interne,  Villa du Traité, Alger) ; Dr RAHOU Amine (Service de médecine interne, EHU Oran)

Evaluation et planification des technologies hospitalières : enjeux et défis

Par Ben Abdesselam Mustapha,

Ingénieur d’Etat, D.E.S.S, D.E.A, M.Sc.A, Ph.D

Directeur des technologies, CHU Sainte-Justine Québec, Canada

Evolution du traitement chirurgical du cancer du sein

H.GUENDOUZ – A. BENDIB – N. BENZIDANE et coll, K. BOUZID et coll – M.OUKKAL et coll, H. MAHFOUF et coll, SE BENDIB et coll, Abd BENDIB et coll, MANSOURI et coll, N. TERKI et coll, Z.C. AMIR et coll, OUKRIF et coll, L. GRIENE et coll, BOUDIAF et coll

Hommage au docteur ABID Abdelkader (1950-2016)

La contractualisation mode opératoire de régulation des systèmes de santé

Pr Lamri Larbi

Economiste de la santé

En économie pure, le marché est parfait, le consommateur est un «homoéconomicus», c’est-à-dire qu’il se comporte rationnellement et demeure libre de ses choix et de ses préférences. Ce n’est pas le cas dans le domaine sanitaire, car c’est le médecin qui décide du schéma thérapeutique, et le patient ne peut choisir son traitement. D’une manière générale, la santé présente de nombreuses spécificités qui font en sorte que l’approche de l’économie de la santé peut apporter des solutions à la complexité du fonctionnement des systèmes de santé et proposer des solutions de régulation visant l’optimisation de l’offre de soins.

La dépression en pathologie cancéreuse

Asselah F1, Benatmane M-T2   

(1) Maître de Conférences «A», Chef d’unité à  l’EHS Drid Hocine

(2) Professeur, Chef de service de Psychiatrie CHU Mustapha.

Le traitement conservateur dans le cancer du sein

Benzidane N, Guendouz H, et coll.

Service de sénologie. Centre Pierre et Marie Curie, Alger

Les pathologies oto-rhino-laryngologiques chez la femme enceinte

OUENNOUGHI Kheireddine1NEBBAB Abdelkader; ZEMIRLI Omar3

1Maître de conférences A en ORL & CCF, Université Alger1.
2Maître de conférences A en épidémiologie, Université Alger 1.
3Professeur et chef de service ORL & CCF, Université Alger1.

Nutrition du malade atteint de cancer : il est temps de s’en soucier

Pr Xavier Hébuterne

Service de gastro-entérologie et Nutrition clinique, CHU de Nice et Université Côte d’Azur.

Place de la laparoscopie dans les cancers colorectaux en occlusion

Boubekeur M, Kherrour MZ, Tahlaiti N.

Pôle de chirurgie digestive et laparoscopique de l‘EHU 1er novembre 1954, Oran

Pr Rachid Ghouadni Né en 1940/décédé en 1995

Prise en charge des lésions caustiques du tractus aéro-digestif supérieur

Editorial
Par Belkaid Zoheir
 
Le thème de la 1ère journée scientifique du service de chirurgie générale de l’établissement public hospitalier Djillali Rahmouni a été consacré aux lésions caustiques du tractus digestif supérieur.
Le service de chirurgie générale de l’EPH Djillali Rahmouni ex Orangers a été le pionnier dans la prise en charge thérapeutique des patients présentant des lésions caustiques du tractus digestif supérieur, avec la collaboration des services de médecine interne du centre Pierre et Marie Curie et du CHU de N’fissa Hamoud ex-Parnet, des services de réanimation du CHU de Mustapha, puis du service de gastroentérologie de l’EPH Djillali Rahmouni.
Pour l’historique, il faut préciser que la prise en charge dans le cadre de l’urgence des lésions caustiques du tractus digestif supérieur a été faite par les services de réanimation du Pr M. Drif et du Pr M. Guerinik du CHU Mustapha pour le déchoquage et l’alimentation parentérale totale. Cette thérapeutique se déroulait sur 3 mois durant les années 1982 à 1985 et la prise en charge chirurgicale se faisait en France. A partir de 1985, le déchoquage et l’alimentation parentérale ont été associés à la nutrition entérale qui était pratiquée au niveau du service de chirurgie générale de l’EPH Djillali Rahmouni par jéjunostomie. Dès 1996, la gastrostomie a été introduite pour les patients dont l’estomac était indemne de toute lésion caustique.
La prise en charge endoscopique avec ou sans sédation a été assurée par l’équipe du service de médecine interne du Pr M. Mérioua, à leur tête le Pr B. Touchène que Dieu ait son âme. Ce dernier a poursuivi cette prise en charge au niveau de l’EPH Bachir Mentouri de Kouba pour le diagnostic en urgence et pour les dilatations. Par la suite, cette prise en charge s’est élargie à l’équipe du service de gastroentérologie de l’EPH Djillali Rahmouni à leur tête le Docteur Rachid Chergui.
Il faut préciser que les premiers strippings ainsi que les œsophagoplasties en Algérie ont été pratiqués en 1982 au niveau de la clinique Djillali Rahmouni par les Professeurs M. Zitouni et S. Bouhelassa et le Dr A. Ait Benamar avec la collaboration du Pr Noirclerc de Marseille.

Nous avons actuellement un recul de 33 ans dans la prise en charge de cette pathologie. Au total 262 coloplasties ont été pratiquées à ce jour dans le service de chirurgie générale de la clinique Djillali Rahmouni.

Les 5 et 6 mai 1990, il y a eu une réunion de consensus sur la prise en charge thérapeutique des lésions caustiques chez l’adulte organisée par la société algérienne d’anesthésie et de réanimation et en 2002 à l‘INSP s’est tenue une autre réunion de consensus qui a été consacrée à la prise en charge de cette pathologie chez l’enfant.

Quand doit-on dire qu’une différence est statistiquement significative ?

A. Nebab, S. Amrit, S. Ait Seddik, R. Belkaid

(Service d’épidémiologie et de médecine préventive, CHU de Béni Messous)

Réussir un grand chantier informatique en santé : Pour une démarche de sûreté de fonctionnement et d’informatisation des systèmes d’information sanitaire

Toxocarose oculaire

M. Terahi, S. Abderrahmani, Z. Merad, M. Tiar.

Service d’ophtalmologie, CHU de Bab El-Oued

Tumeur stromale colique. A propos d’une observation

D. Benaibouche, N. Sifour, F. Bouras, H. Kaci, F. Merad Boudia

Service de chirurgie générale CHU Bab EL Oued Alger

Vaccin contre le cancer du col de l’utérus : faut-il le faire ? Vaccination

Dr A. Guergour, Dr A. Salah Laouar

La vaccination anti-HPV fait partie des armes thérapeutiques contre le cancer du col de l’utérus. Depuis sa mise au point, le vaccin anti-HPV est entouré de différentes polémiques sur l’âge de la vaccination, son efficacité, ses effets secondaires, etc.
Au numéro de janvier 2017 de La lettre du cancérologue en coédition avec La lettre du gynécologue, des experts ont consacré un dossier avec des mises au point sur la vaccination anti-HPV.
 
 
 

Vaccination : Chaque injection représente une assurance-vie pour l’enfant et l’adulte

Dr A. Salah Laouar