Préface 

 

La Société Algérienne de Pneumophtisiologie a réuni un groupe de pneumologues du 14 au 15 octobre 2011 à l’INSP à Alger afin de réévaluer les recommandations algériennes sur la prise en charge de l’asthme de l’adulte éditées en novembre 2005.
En effet, après plus de 5 ans, ce qui correspond à la durée de vie d’un guide, il nous a paru opportun de provoquer cette réunion dont le but était de réévaluer les points suivants :
- Passer en revue les progrès récents dans la prise en charge de l’asthme de l’adulte.
- Revoir et réviser les recommandations algériennes de 2005.
- Adapter au contexte algérien les stratégies d’application des lignes directrice sur l’asthme selon les dernières recommandations du GINA qui reposent sur un examen critique de la littérature scientifique internationale.
Il y a, de par le monde, plus de 100 millions de patients atteints d’asthme et sa prévalence est partout en augmentation. Mais l’impact individuel, social et économique de l’asthme dépasse très largement le nombre des individus atteints.
L’asthme constitue un problème majeur de santé publique dont les coûts cumulés pour les individus et les pays doivent être pris en considération par les gouvernements et les organismes de la sécurité sociale. Une stratégie efficace de son traitement est à même de diminuer simultanément la morbidité et les dépenses excessives des soins de santé.
En 2008, l’étude AIRMAG (Asthme Insights and Reality in MAGhreb), qui est la première étude de prévalence conduite en population générale dans les 3 pays du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie), a fourni des estimations de la prévalence de l’asthme. C’est ainsi que la prévalence de l’asthme en Algérie est de 3,1% chez l’adulte et de 4,1% chez l’enfant.
Le niveau de sévérité de l’asthme est fonction de l’inflammation des voies respiratoires.
Le contrôle de l’asthme exige l’évitement des causes déclenchantes et le choix des médicaments appropriés pour la prévention des symptômes. Le contrôle de l’asthme nécessite aussi le choix de médicaments pour soulager rapidement les symptômes et interrompre l’asthme lorsqu’il menace.
Il est essentiel d’établir un partenariat prolongé entre patient et médecin. Le contrôle de l’asthme nécessite l’éducation du patient en vue d’une prise en charge autonome qui lui permette de savoir que faire au jour le jour et en cas de crise. En outre, le contrôle de l’asthme exige une surveillance permanente de l’état du patient afin de diriger efficacement le traitement en cours et de lui apporter les corrections utiles.
Le niveau de contrôle de l’asthme a été évalué au cours de l’étude AIRMAG :
En Algérie il est de 24,1% chez les patients adultes et de 31,6% chez les enfants selon l’ACT.
Au total, les objectifs de prise en charge sont de trois ordres :
- Assurer à l’asthmatique une bonne qualité de vie en lui permettant un niveau d’activité normal.
- Obtenir et maintenir le contrôle de l’asthme.
- Réduire au maximum le risque de mortalité.
A souligner que le contenu de ce guide comporte les lignes directrices générales et que les décisions devraient être individualisées pour chaque patient.
La Société Algérienne de Pneumophtisiologie soucieuse de garantir un niveau des connaissances optimal des praticiens algériens, conformément aux données scientifiques universelles actualisées, a donc initié ce travail de réflexion et de révision sur la prise en charge de l’asthme de l’adulte
 
Le Président
Professeur Salim NAFTI
Auteur:
Société Algérienne de Pneumo-phtisiologie
Editeur:
Le Fascicule de la Santé
Fichier PDF: