Pr Abdelkrim Soukehal
La Presse Médicale : Comment les différents vaccins ont été intégrés dans le programme élargi de vaccination en Algérie ?
Pr Abdelkrim Soukhal : Le programme élargi de vaccination (PEV) est un programme OMS que l’Algérie a lancé en 1969 avec d’abord le BCG, depuis cette date la vaccination est devenue obligatoire. En 1973 le vaccin anti poliomyélite a été introduit dans le PEV qui s’est élargi en fonction de la mise au point de nouveaux vaccins. La règle étant d’immuniser l’enfant pour le protéger, c’est ainsi que dans les années 1975/80 l’enfant était vacciné contre un bon nombre de maladies transmissibles.
 
Qu’en est-il du vaccin contre la grippe ?
Le vaccin contre la grippe est saisonnier et à moment donné il n’était disponible qu’en pharmacie et obtenu à titre payant, en quelque sorte c’était un vaccin orphelin par rapport à la généralisation des autres vaccins. Néanmoins en 2009 le gouvernement algérien a décidé de l’inscrire dans le programme de prévention de santé publique et à le mettre à disposition gratuitement dans les structures de soins étatiques. Je dois rappeler que la prévention en tant que disposition constitutionnelle est à la charge de l’Etat.
 
Pourquoi le personnel de santé doit être obligatoirement vacciné contre la grippe ?
Je saisis cette occasion pour dire que le personnel soignant doit obligatoirement se faire vacciner contre la grippe et ceci dans un double but : d’abord sur le plan moral de ne pas être un vecteur de transmission de la maladie vers ses patients et puis à titre individuel se protéger soi-même. L’intérêt de se faire vacciner est donc évident d’autant que nous sommes professionnels de la santé et que l’on s’occupe de personnes fragilisées par la maladie tels les immunodépressifs, les cancéreux, les greffés, les brulés etc. Par ailleurs, la femme enceinte étant particulièrement fragile, les personnels médicaux et paramédicaux qui la prennent en charge se doivent de redoubler de vigilance en étant vaccinés. Ainsi, nous voyons bien qu’une immunité de groupe par la vaccination est rendue nécessaire.
 
Qu’en est-il de la vaccination antigrippale de l’enfant ?
Pour intégrer la vaccination anti grippale de l’enfant dans le cadre du programme de vaccination obligatoire il faudrait que cela concerne tous les enfants sans exclusive et surtout prévoir le budget nécessaire y afférent. Nous savons très bien qu’actuellement nous avons dépassé le cap d’un million de naissances par année ce qui veut dire que chaque année nous aurons un million d’Algériens de plus à vacciner.
 
Quelle est la responsabilité médico-légale du personnel de la santé par rapport à la vaccination antigrippale ?
L’acte vaccinal est un acte médical et non paramédical. Le vaccin contre la grippe, ou contre toute autre maladie transmissible, est un produit biologique que seul le médecin est en mesure d’injecter et sa responsabilité dans ce cas est entièrement engagée de par les réactions qui peuvent survenir. Au demeurant, lorsque l’Etat décide que la vaccination doit être obligatoire et gratuite, cela veut dire que par des dispositions médicolégales il protège la société, d’autant qu’en vaccinant un individu, on l’immunise et on protège par là même la collectivité. Ainsi, la propagation d’une maladie est maitrisée lorsque la couverture vaccinale atteint 70 à 80% des assujettis, c'est-à-dire l’ensemble des personnes à vacciner.
PEV
OMS
BCG
0 Commentaires
Le 16 juil 2017 par A.S.L.

Lire aussi...