Le 9 novembre dernier, les entreprises pharmaceutiques Pfizer et BioNtech avaient annoncé un taux d’efficacité calculé sur la base de 94 cas d’infections au coronavirus, 10 jours plus tard ce taux est monté à 95% sur 170 cas d’infections, ce qui veut dire que sur les 43 661 volontaires inclus dans l’étude, 8 infections se sont produites dans le groupe des vaccinés contre 162 dans le groupe des non-vaccinés. L’âge, le sexe et l’origine ethnique seraient sans incidence sur l’efficacité du candidat vaccin.

Parmi les 170 cas d’infections, 10 ont donné lieu à des formes sévères de la covid-19 dont une s’est produite dans le groupe vaccin et 9 dans le groupe placebo.

Selon Pfizer, les données démontrent que le vaccin a été bien toléré dans toutes les populations. Les seuls effets indésirables de grade 3 dont la fréquence était supérieure à 2% étaient la fatigue (3,8 %) et les maux de tête (2,0 %).

Les entreprises prévoient de partager les données avec les organismes de réglementation dans le monde entier pour mettre sur le marché leur vaccin.

Les entreprises prévoient de produire dans le monde jusqu’à 50 millions de doses de vaccins en 2020 et jusqu’à 1,3 milliard d’ici la fin 2021.

Pfizer est assuré pour sa vaste expérience et son expertise ainsi que les infrastructures existantes de la chaîne du froid pour distribuer le vaccin partout dans le monde entier. Les entreprises ont mis au point des transporteurs thermiques à température contrôlée spécialement conçus, utilisant de la glace sèche pour maintenir des conditions de température de -70 °C ±10 °C. Ils peuvent être utilisés comme unités de stockage temporaire pendant 15 jours en les remplissant de glace sèche. Chaque expéditeur contient un capteur thermique équipé d’un GPS qui permet de suivre la localisation et la température de chaque envoi de vaccins sur leurs itinéraires prédéfinis en tirant parti du vaste réseau de distribution de Pfizer. LPM.

FDA
0 Commentaires
Le 25 nov 2020 par A.S.L.

Lire aussi...